Passions électives

Passions électives

Le blog d'Arta Seiti


Loin ...

Publié par Passions Electives sur 26 Août 2016, 17:50pm

Loin ...

Me voilà dans une terre connue. Avide de découvrir et d’observer. Un défilé d’images et de gens que ne je ne connais plus... Un désert de chaleur et d’habitants partis en vacances semble tout effacer : le politique, les représentations du pouvoir et ses rivalités. Le journal télévisé et les feuilletons turcs sont le premier signal d’un regard, d’une vie où l’on réalise que la dimension et l’approche sur l’actualité sont différentes. D’ailleurs, ce regard est ancré dans le passé et cela évoque des traditions, des complexités et des phénomènes hybrides des sociétés balkaniques.

Toutes ces sociétés se ressemblent. Et pourtant, c’est une méconnaissance occidentale que je constate plus que jamais durant mon voyage. Un socle commun, malgré les spécificités, une appartenance et des expressions culturelles communes.

Les gens sont simples et racontent aisément leur vie avec un ton humble, un sens du don qui m’émeuvent. Le bien-être a ses degrés, certes, mais l’Homme balkanique a l’air malmené et en perte d’avenir.

Une vieille dame que je rencontre habituellement me baise la main, une paysanne qui vend des mûres la journée et le soir des poupées et des éventails.

Un chauffeur se réfugie à l’ombre d’un café en attendant le client s’approcher de son taxi jaune. Très peu de travail - dit-il, mais il est souriant.

La cuisine et les légumes ont un autre goût. Un tourisme respectueux de la beauté des territoires et des hommes, s’il s’intensifiait, pourrait procurer des ressources bienvenues. L’agriculture pourrait devenir un relais entre ces sociétés à travers l’échange économique. De même, cet espace bleu démesuré consacre un potentiel maritime qu’il faudrait aussi exploiter entre les Balkans et la Méditerranée.

Cet art de vivre semble être un savoir.

Comment ne pas penser ces peuples à l’aune d’une perspective anthropologique ?

Comment ne pas comprendre que ces sociétés sont principalement paralysées par un assistanat de l’UE qui les place sous une forme de tutelle institutionnelle ? Ainsi en va-t-il des passions balkaniques aux couleurs arbitrées ailleurs et jamais reconnues à leur juste valeur.

Les politiques balkaniques ne sont pas lucides car ils ne sont pas autonomes. La forte formule de Freud “le narcissisme des petites différences” sert à comprendre les marqueurs divers de ces sociétés, entretenus par les guerres, les passés intemporels et les mémoires croisées. Mais la société est réceptive aux reliquats des empires, aux traditions et à ce croisement entre l’Orient et l’Occident.

Parler avec des albanais, des serbes, des grecs, des bulgares déçus de la politique : au-delà des particularités, combien se ressemblent-ils !

La géographie du cœur n’est pas la géographie de la technocratie.

En mobilisant ce flair culturel, les données géographiques et les faits historiques deviennent comme des adages des temps présents où “ le passé n’est jamais mort”.

La vacuité des projets politiques les conduisent à jeter leur dévolu vers des idéologies de substitution en ces temps de crise et de regains de tension.

Désigner une stratégie pour cette région relève de tous ces éléments évoqués.

Nommer les "Balkans occidentaux" comme un territoire appartenant au processus de l'adhésion aux institutions européennes (l'élargissement n'est plus d'actualité), c’est mal connaître la symbolique de ces états. Fragiles, précaires, violentes, les sociétés balkaniques ne méritent pas pour autant une approche mécaniste.

Qu’il soit permis d’imaginer un futur moins terne pour ces nations. Mais pour cela, il faudrait raviver un imaginaire commun demeuré vivant, un imaginaire qu’il faudrait extirper de la somnolence. Pourtant, en apprenant à exercer son regard, il est possible de distinguer cette altérité enfouie, perceptible dans les gestes les plus simples du quotidien. Ce « commun » balkanique pourrait permettre de tracer un nouvel horizon, conforme aux cultures et aux aspirations de ces peuples.

 Krujë, Albanie

Krujë, Albanie

Krujë, Albanie

Krujë, Albanie

 Grèce

Grèce

Grèce

Grèce

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents